Marc Nichanian

Marc Nichanian est né en 1946 à Paris. Études (et doctorats) de mathématiques et de philosophie. A été l’élève de Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy à Strasbourg. A enseigné langue et littérature arméniennes aux États-Unis (UCLA, Columbia) de 1995 à 2007. Enseigne aujourd’hui à Istanbul, Sabanci University, dans le programme de « Cultural Studies ». A publié en arménien une série d’ouvrages collectifs, qui regroupe des travaux de critique littéraire et des traductions de philosophie moderne et contemporaine. S’est occupé pendant très longtemps des auteurs arméniens du xxe siècle, essentiellement ceux de la diaspora, ceux qui avaient à affronter la Catastrophe et l’expérience de l’étranger dans leur propre langue. A travaillé sur la naissance du « natif » et, donc, sur la généalogie de la philologie humaniste. Il dit volontiers de lui-même qu’il « s’est débattu (et continuera à le faire) avec la dénégation qui habite si naturellement, et dès l’origine, au cœur de l’histoire et avec le déni de soi éhonté (mais structurellement inévitable) du survivant. »

Bibliographie :
1989 : Âges et usages de la langue arménienne, Paris, éditions Entente
2006 : La Perversion historiographique, Paris, Lignes & Manifeste
2006 : Entre l’Art et le témoignage. Littératures arméniennes au XXe siècle, vol. I : La révolution nationale, Genève, MétisPresse.
2007 : vol. II : Le Deuil de la philologie
2008 : vol. III : Le Roman de la Catastrophe