couverture de LITTÉRATURE ET PENSÉE
320 pages - 20,00 €
Éditions Lignes

LITTÉRATURE ET PENSÉE

Revue lignes n°38

Poser la question de la littérature et de la pensée, ce n’est pas faire d’elles deux questions que poserait la situation faite à l’une et à l’autre. C’est faire de l’une pour l’autre une question, la question que poserait leur rapport, quelle que soit la situation (à quelque époque que ce soit, mais à la nôtre, tout de même, principalement). Rapport dont il arrive – le plus souvent – qu’il n’existe pas. Formes, enjeux, objets, etc. les différencieraient par principe. La littérature, dans sa masse, ignore d’ailleurs la pensée (s’en passe, ne veut pas avoir affaire avec). La pensée, moins, qui cite volontiers la littérature, s’en sert, y trouve de quoi alimenter ses représentations, auxquelles la littérature peut en effet tenir lieu d’exemple, de « preuve ». Pas cependant au point que leur distinction doive s’effacer. D’un tel effacement, une confusion résulterait que l’une ne craint apparemment pas moins que l’autre, même si c’est pour des raisons en partie opposées.

Faisons cependant comme s’il ne suffisait pas de penser ce que la littérature donne à penser, entre autres à la « pensée » (par exemple à la philosophie), mais ce qu’elle-même pense en tant qu’elle ne cesse pas d’être la littérature. Les noms sont nombreux qui y prêtent, de ceux qui se tiennent à l’articulation de l’une et de l’autre : Proust, Kafka, Musil, Joyce, Borges, Broch, Artaud, Beckett, Celan, etc. ; ou de ceux qui ont porté plus loin la possibilité de leur indisctinction : Blanchot, Bataille, Klossowski, etc. ; de ceux enfin qui se sont illustrés aussi bien dans le registre de la littérature que dans celui de la philosophie (Sartre, pour n’en citer qu’un, lequel n’a pas écrit que de la littérature et de la philosophie, mais encore de la philosophie à partir de la littérature – à partir de Genet, Flaubert) ?

Des rapports de la pensée à la littérature, tout le monde semble donc à peu près savoir ce qu’il en est, a fortiori si c’est à des « penseurs » que la question est posée (c’est le cas de la plupart ici). Mais est-ce si sûr ? Qu’en est-il donc pour la pensée que la littérature elle-même pense, comme par surcroît ? Et que pense-t-elle que la pensée ne penserait pas, ou pas assez ? Qu’est-ce qu’une pensée qui ferait réellement l’expérience de la littérature, la lisant réellement pour ce qu’elle est ? Se peut-il que la littérature ait possiblement quelque chose en propre que la pensée n’aurait pas, même du point de vue de la pensée ? Qui sait, que celle-ci fuirait ? Que son histoire lui ferait fuir (ce que la littérature a volontiers de « bas », de tragique ou de trivial, que la pensée n’a pas) ? Questions que posait l’invitation à collaborer à ce numéro ; d’autres naissent des réponses elles-mêmes.

SOMMAIRE

Michel Surya, Invitation

I.
Véronique Bergen, Penser l’autre de la pensée
Philippe Hauser, La place d’Antigone
Alain Hobé, Littérature pensée
Jacques Brou, La Pansée
Mathilde Girard, « … jusqu’à l’irresponsabilité »

II.
Philippe Lacoue-Labarthe & Mathieu Bénézet, L’Intimation
Jacob Rogozinski, Déporté loin de soi
Francis Cohen, « Roger Laporte » : une entre-prise biographique
Sylvain Santi, D’une pensée l’autre. Christian Prigen
Michaël Trahan, La vie écrite de Jean-Michel Reynard
Philippe Beck, L’ironie de la basseur
Gisèle Berkman, Cri écrit de la pensée
Boyan Manchev, Poésie et désorganisation

III.
Jean-Paul Michel, « Un à-pic, comme l’existence »
Alain Jugnon, Begriffdichtung !
Olivier Jacquemond, « Il faut marcher »
Léa Veinstein, La philosophie au cœur de la fiction ?
François Brémondy, Naïf examen de quelques paradoxes de Maurice Blanchot…
Michèle Cohen-Halimi, L’application du livre

IV.
Laurent Evrard, Lire, écrire : forme de la pensée
Emmanuel Laugier, Poussière
Marc Nichanian, De l’archive III. Le secret
François Athané, Penser sur les traces d’Artémis

Textes réunis par Michel Surya & Jacob Rogozinski

Entretien de Mathilde Girard avec Marie Richeux, à l’émission Pas la peine de crier sur France Culture (27 juin 2012).

Recension par Ronald Klpaka sur La Lettre de la Magdelaine (juillet 2012).

Editeur : Éditions Lignes
Prix : 20,00 € (disponible)
Format : 16 x 21 cm
Nombre de pages : 320 pages
Date de parution : 24 mai 2012
ISBN : 978-2-35526-104-6
EAN : 9782355261046