rechercher

lettre d'information

actualités

Robert Kurz

Philosophe et publiciste allemand,
Robert Kurz est né en 1943 à Nuremberg.

Il est le représentant le plus en vue d’un courant
de pensée qui, depuis la fin des années 1980, entreprend une critique nouvelle du capitalisme moderne.
Cette critique est connue en Allemagne sous le nom
de Wertkritik (critique de la valeur). À la fin des
années 1980, Kurz fonde avec d’autres la revue Krisis.

Il y participe jusqu’en 2002, date à laquelle il rompt
avec les anciens de Krisis pour créer la revue Exit !.

Depuis le début des années 1990, Kurz a publié
d’innombrables articles et essais sur la crise du
capitalisme moderne. Il écrit régulièrement des
articles pour le quotidien « A Folha » de Sao Paulo et
participe à de nombreux colloques et séminaires en
Allemagne et à l’étranger.

Kurz part d’une nouvelle lecture des œuvres
tardives de Karl Marx (Grundrisse, Le Capital et Théories sur la survaleur) et élabore l’idée que le capitalisme moderne, au cours de la troisième révolution industrielle (celle de la microélectronique), supprime plus de travail humain qu’il n’est capable d’en créer et se vide ainsi de sa propre substance. Ce processus, induit par la « rationalisation » incessante de la production marchande, fait en sorte que le capitalisme se heurte à ses propres limites.

Kurz appelle à un changement de paradigme dans
la critique du capitalisme moderne. Il s’en prend
globalement au système producteur de marchandises
d’aujourd’hui, lancé dans une course destructrice
que seule une refonte de la critique sociale
pourrait freiner. Critiquer le système marchand
en termes d’une simple redistribution plus juste
des richesses, voilà qui, pour Kurz, constitue une
approche qui, loin d’être une solution du problème,
fait partie de celui-ci. Ce qu’il faut aujourd’hui, c’est
une critique catégorielle du capitalisme qui s’attaque
à ses éléments structuraux : le travail abstrait, la
marchandise, l’argent et l’État.

Les références intellectuelles de Robert Kurz sont
les théories de Georg Lukács (Histoire et conscience
de classe
) ainsi que l’École de Francfort (Adorno/
Horkheimer). Une approche similaire est poursuivie
actuellement par l’Américain Moishe Postone dont
les éditions Fayard ont publié le livre Temps, travail
et domination sociale
(2009). Robert Kurz vit et
travaille à Nuremberg.

Ouvrages de Robert Kurz disponibles en français :
- Manifeste contre le travail, Lignes-Léo Scheer,
2002 (écrit en collaboration avec Ernst Lohoff et
Norbert Trenkle). Il existe une édition de poche de ce
livre, parue chez 10/18.
- Lire Marx, La Balustrade, 2002.
- Les Habits neufs de l’Empire, Lignes-Léo Scheer,
2005.
- Avis aux naufragés, Lignes-Léo Scheer, 2005.
- Critique de la démocratie balistique, Mille et une
nuits, 2006.