rechercher

lettre d'information

actualités

couverture de ÉDITION, L'ENVERS DU DÉCOR
156 pages - 14,00 €
Éditions Lignes

ÉDITION, L’ENVERS DU DÉCOR

Contrairement à l’idée toujours répandue, l’édition n’est plus une activité artisanale concentrée dans le Quartier Latin. Martine Prosper, secrétaire générale du Syndicat national Livre-Édition CFDT, décrit une situation bien plus diverse et contrastée, où, sous couvert de « prestige du métier », des pratiques sociales d’un autre temps se donnent libre cours .

Quand on parle d’édition, on pense Saint-Germain-des-Prés, métier de passion, pauvre certes mais si fascinant, si prestigieux. Quand on parle d’édition, on se fixe la plupart du temps sur l’image que la profession donne d’elle-même, et que relaient largement les médias. Une image un peu surannée, encore artisanale, un monde en noir et blanc. On l’imagine bien cet héroïque dénicheur de talents, derrière son bureau croulant de manuscrits, la main contre la joue, les yeux cernés d’avoir tant lu, accablé par le poids de l’universelle cogitation.
Et bien non, l’édition est un secteur d’activité dynamique, qui vit avec son temps et couvre des domaines aussi divers que les livres pour la jeunesse, les guides pratiques, le scolaire, la bande dessinée ou les sciences humaines. Un monde où se côtoient grands groupes et petites entreprises, les premiers en région parisienne, les autres sur tout le territoire. Une économie de prototype (chacun des 50 000 livres qui paraissent chaque année est un projet à lui seul), aux équilibres fragiles, mais qui est aussi parfaitement profitable. En atteste la surconcentration qui a, ces vingt dernières années, accouché de mastodontes de taille européenne. Où les procédés de fabrication, du manuscrit à l’objet physique, se sont depuis longtemps dématérialisés, avant même que l’on parle de livre numérique, et ont engendré une formidable évolution des métiers, source de stress et de malaise.
Car le social est bien la face sombre de cette entreprise « culturelle » et le privilège d’y travailler se paye au prix fort, si l’on ose dire. De fait, les salaires y ont toujours été bas, ils le sont plus encore aujourd’hui, les emplois toujours moins qualifiés au regard du niveau de diplômes exigé. Et puis, au-delà des 13 000 salariés du secteur, couverts par la Convention collective nationale de l’édition, il y a tous les autres, auteurs, freelance, stagiaires, précaires, qui constituent autant de maillons indispensables de la chaîne et sont soumis au « gré à gré », à la demande, au bon vouloir de l’éditeur. Tous constituent la matière humaine indispensable à la réalisation de cet objet unique qu’est le livre. Pour savoir ce qu’est l’édition, il faut commencer par comprendre ceux qui la font, décortiquer l’organisation du travail maintenant pour appréhender ce qu’elle sera demain. Cela apparaît d’autant plus indispensable au moment où le livre est confronté aux enjeux de son devenir, entre dématérialisation complète des circuits et arrivée du numérique, interrogation sur l’avenir du droit d’auteur et le repositionnement (forcé) des libraires.

Martine Prosper est responsable de la CFDT Livre-Édition. Éditrice, responsable de la prescription aux Éditions Flammarion, elle est également secrétaire du Comité d’entreprise et du Comité de groupe Flammarion, déléguée syndicale.

Chronique de Jérome Garcin sur Bibliobs.

Recension par Alain Beuve-Mery dans Le Monde.

Recension sur Betapolitique.fr

Recension par Philippe Menestret sur livre.expeert.com. [août 2012]

Editeur : Éditions Lignes
Prix : 14,00 € (disponible)
Format : 11 x 18 cm
Nombre de pages : 156 pages
Date de parution : 28 août 2009
ISBN : 978-2-35526-037-7
EAN : 9782355260377