couverture de SITUATIONS DE LA CRITIQUE
184 pages - 20,00 €
Éditions Lignes

SITUATIONS DE LA CRITIQUE

Revue Lignes n°44

Les médiations manquent partout, et là où elles ne manquent pas encore, elles sont l’objet d’attaques délibérées. Dans le monde politique, syndical, par excellence, leur discrédit est presque total. Idem ou presque, dans le monde artistique/culturel (mais ce sont deux mondes, et qu’il faudrait distinguer). Où l’on trouve moins qu’elles sont nuisibles qu’inutiles (où l’on s’acquitte de leur nuisance en prétendant à leur inutilité).
Perte d’audience et d’influence des revues (des milliers d’abonnés il y a quelques dizaines d’années, à peine quelques centaines aujourd’hui). Subordination des suppléments culturels hebdomadaires aux goûts dominants et à l’inflation des titres, pour les livres ; au marché et à l’industrie pour le cinéma ; à l’« événement » (rétrospectives, salons), suivant le mode d’existence restant maintenant aux expositions.
Dépréciation, voire péjoration (accusation d’élitisme) des pratiques de recherches, naguère dites « formelles » ou d’avant-gardes. Indexation de l’art et de la pensée aux canons du divertissement général. Campagnes de promotion en la place de l’information critique, dans les médias de masse. Sollicitation de l’« opinion » sur les réseaux, plutôt que de l’étude (suivant l’évidence que l’opinion seule serait démocratique).

Les critiques existent encore, mais la place ne leur est plus laissée où elle l’était (les critiques existeraient encore, mais la critique, plus ?). La critique, certainement l’un des lieux où la déconsidération intellectuelle se fait le plus violemment ressentir.
Ce numéro de Lignes, « Situations de la critique » pose cette question : qu’en a-t-il été d’elle (lui imaginer un âge d’or, après lequel geindre, ou en récuser l’éventualité) ? et qu’en est-il devenu ? Quelle place occupe-t-elle encore, indispensable ou supplétive ? Laquelle faudrait-il qu’elle soit – à retrouver ou à inventer – pour faire des œuvres les enjeux qu’elles sont, et pour que cela se sache ? Pour que le sachent ceux que l’existence des œuvres intéresse encore et ceux qui ne savent pas encore qu’elle peut les intéresser ?

Table

I. SITUATIONS DE LA CRITIQUE

Pierre-Damien Huyghe, Au-delà de l’écume : éléments d’hypo-critique
Serge Margel, Le cas critique. Notes pour une recherche étymologico-politique
Véronique Bergen, L’exercice de la critique comme arme de la pensée
Alain Hobé, Le livre est notre tâche
Jacques Brou, Le livre est une petite entreprise comme une autre
Bertrand Leclair, Pitié pour les eucalyptus
Xavier Person, Critique pour un lièvre mort
Alain Naze, De la critique de cinéma comme anachronisme
Emmanuel Laugier, Petites frappes
Amandine André & Emmanuel Moreira, Malgré tout
Frédéric Neyrat, Dehors, séparation et négativité. Critique d’une situation exophobique

II. SADE

Maurice Heine, Le marquis de Sade et le roman noir
Martin Tailly, Sade, fantôme de la modernité (Extraits). Transfiguration de la conscience dans le Mal (de Sade à Baudelaire)

Editeur : Éditions Lignes
Prix : 20,00 € (disponible)
Format : 16 x 21 cm
Nombre de pages : 184 pages
Date de parution : 13 juin 2014
ISBN : 978-2-35526-130-5
EAN : 9782355261305