couverture de LE SERVITEUR ET SON MAITRE
224 pages - 16,00 €
Lignes-Léo Scheer

LE SERVITEUR ET SON MAITRE

Essai sur le sentiment plébéien

Plus qu’une figure littéraire, le personnage du serviteur traverse les genres en tant que figure politique : il est celui qui n’a que le langage pour protester contre sa servitude. Et ce langage compte pour beaucoup dans la perte d’autorité des maîtres, produisant de l’égalité et de la sagesse dans une situation inégalitaire et délirante (se faire servir) ; en un mot : produisant de la philosophie.

Du Mariage de Figaro à la Règle du jeu, de Jacques le Fataliste à Puntila et son valet Matti, se dessine une figure en partie littéraire : celle du serviteur ; et en partie politique : de celui qui n’a que le langage pour protester contre sa servitude.
Et ce langage va compter pour beaucoup dans la perte d’autorité des maîtres, produisant de l’égalité dans une situation par nature inégalitaire, de la sagesse dans une situation en soi délirante (se faire servir) ; en un mot : de la philosophie. La démonstration effectuée par le plébéien qu’est le serviteur, adressée au puissant immémorial qu’est le maître, tourne toujours autour du même énoncé : quoique je ne sois, par origine ou position, « rien », je vous vaux bien et je vous le prouve. Par les moyens du langage et de la pensée.

 

Alain Brossat, philosophe, est en autre l’auteur de L’Epreuve du désastre, Le Corps de l’ennemi, Pour en finir avec la prison. Il est membre de la revue Lignes.

Editeur : Lignes-Léo Scheer
Prix : 16,00 € (disponible)
Format : 13 x 19 cm
Nombre de pages : 224 pages
Date de parution : 26 septembre 2003
ISBN : 2-915280-01-0
EAN : 9782915280012