couverture de LE CARNET POSTHUME
80 pages - 13,00 €
Lignes-Léo Scheer

LE CARNET POSTHUME

Avant-propos de Philippe Lacoue-Labarthe

« Ce carnet – ce livre- n’est pas l’aveu d’une faute. C’est la sanction d’une oeuvre » Philippe Lacoue-Labarthe

Roger Laporte fait partie de ces rares écrivains pour qui vivre et écrire sont une même expérience, une expérience spirituelle. Commencée avec La Veille (1963), son œuvre se serait terminée avec Moriendo (1983). Or restait un ultime carnet, découvert après sa mort, rédigé entre 1995 et 1999, méditation magnifique sur l’œuvre terminée-interminable, sur son secret essentiel, portant plus loin encore l’exigence impossible à laquelle son auteur s’est tenu toute sa vie.

« Le “spirituel”, écrit Philippe Lacoue-Labarthe, serait bel et bien toujours le divin dans l’homme [...] Le divin dans l’homme, c’est-à-dire l’inhumain (la “chose”), peut-être le toujours-déjà-mort en l’homme [...] : ce serait lui, le sujet de la Biographie, que Roger Laporte pouvait aussi penser comme la Thanatographie. »

« Rarement un écrivain sera allé aussi loin que Roger Laporte sur la voie d’une écriture qui se donnait pour seule vie possible. Il commence vraiment en 1963 une œuvre qui le conduira au bord du silence, avançant de livres en livres (de La Veille à Moriendo) vers la Rencontre qu’écrire offre et qu’écrire empêche tout à la fois. D’une exigence sans compromis, d’une radicalité violente pour celui qui en fait l’expérience, cette écriture, débarrassée de toutes les scories de la narration, plonge au cœur des ténèbres. Moriendo s’achève en 1983 sur l’impossibilité, pour son auteur, de poursuivre la quête de cette vraie vie indicible. » (Thierry Guichard)

Cette expérience était-elle définitivement close ? Le silence, depuis 1983, était-il définitif ? C’est ce que son auteur n’a lui-même jamais cessé de prétendre. Et, de fait, aucun livre n’est venu démentir cette affirmation angoissée jusqu’à la mort de Roger Laporte en avril 2001. Or, restait un ultime carnet, découvert depuis, rédigé ces dernières années, dans le plus grand secret, un carnet terrible et magnifique portant plus loin que tous les carnets précédents l’exigence impossible à laquelle son auteur s’est tenu toute sa vie sans jamais déroger. Et qui fait, comme il se devait, coïncider réellement cette fois, la fin de l’écriture et la fin de la vie.

Dans la presse :

« C’est un livre pour l’histoire. Une interrogation qui tourne autour d’un vide que la littérature creuse et emplit à la fois. Le Carnet posthume que Roger Laporte a laissé à sa mort, le 24 avril 2001, sera toujours plus que le témoignage douloureux d’un homme. Il revient, après que Moriendo a condamné son auteur au silence sur cette "aventure spirituelle" que fut l’écriture de "la Biographie" » T.G., Le Matricule des Anges

« Dans ces quelque quatre-vingt pages, Roger Laporte nous donne le sentiment d’être au cœur d’une des plus grandes problématiques humaines, si ce n’est de la problématique humaine qui est celle du sens. C’est bouleversant. » Florence Trocmé, Exigence : Littérature (e-litterature.net) 

Editeur : Lignes-Léo Scheer
Prix : 13,00 € (disponible)
Format : 13 x 19 cm
Nombre de pages : 80 pages
Date de parution : 16 mai 2002
ISBN : 2-914172-39-7
EAN : 9782914172394