couverture de LA DECONFITE GIGANTALE DU SERIEUX
96 pages - 12,00 €
Lignes-Léo Scheer

LA DECONFITE GIGANTALE DU SERIEUX

« Traduit et présenté » par Arno Bertina

Arno Bertina jette les bases d’un véritable art poétique, et – le titre rabelaisien en donne le ton – en appelle à une littérature dénuée d’esprit de sérieux, mais pas de style.

Pietro de Vaglio, auteur et narrateur dont Arno Bertina revêt les habits dans ce court roman, est un jeune homme épris de littérature arrivant de France dans l’Italie révolutionnaire des années 1810-20. Dans ces années-là, l’Italie est en proie à une contestation grandissante envers la domination autrichienne, qui se manifeste par le maintien de monarques locaux autoritaires et illégitimes. Le groupe politique des carbonari, reprenant la tradition libérale inspirée de la Révolution française, milite pour la création d’un État italien républicain et unifié.

C’est dans ce contexte passionné que Pietro di Vaglio, arrivant à Rome, découvre tout à la fois le plaisir des discussions enflammées dans les cafés, la politique, la littérature, les femmes et le vin. Le petit cercle d’intellectuels progressistes auquel il s’intègre le charge de tenir le journal de leurs discussions littéraires et politiques. Mais c’est peu à peu vers d’autres amitiés qu’il se tourne : le vin aidant, il fréquente de plus en plus souvent une auberge proprement « gargantuesque » découverte au hasard d’un petit matin éthylique. Les personnages qui la peuplent lui paraissent bien plus riches de surprises et la langue populaire et jargonneuse qu’ils emploient finit par lui rendre tout à fait impossible la tenue du très sérieux journal.

Récit de cet échec, La Déconfite gigantale du sérieux est surtout l’instrument, pour Arno Bertina, d’une prise de position esthétique tout à fait contemporaine. Car l’introduction, les notes et la postface sont le terrain de l’attaque en règle d’une création littéraire contemporaine dépourvue tout à la fois de merveilleux, d’excès et de piquant. Une littérature sèche, autocentrée, stérile. Une littérature que l’auteur appelle à jubiler, déborder, choquer, à l’image de celle de Rabelais, grand-père d’une descendance littéraire toujours vive, mais trop peu représentée.

 

Né en 1975, Arno Bertina est l’auteur de : Le Dehors ou la migraine des truites (2001), Appoggio (2003), aux éditions Actes Sud ; plus récemment de Anima motrix, aux éditions Verticales, et de J’ai appris à ne pas rire du démon, chez Naïve.

Editeur : Lignes-Léo Scheer
Prix : 12,00 € (disponible)
Format : 13 x 19 cm
Nombre de pages : 96 pages
Date de parution : 16 janvier 2004
ISBN : 2-84938-003-2
EAN : 9782849380031